Chronikin

Chronikin

L'idéologie de la distance raciale de Kham Piankhy

 

L'idéologie de la distance raciale

 

 

Je viens d'achever la lecture de l'essai de Kham Piankhy intitulé "Idéologie de la disatnce raciale": un livre franchement bien écrit.

 

 

 

Le livre est bien écrit avec une réelle maîtrise de la langue française. Remarquable. La thèse principale soutenue par l'auteur est que l'antiracisme, en plus d'être inefficace à lutter contre le racisme car confondant biologie et culture, demeure une imposture car elle permet par des subterfuges plus ou moins grossiers, à des racistes de maintenir une perception racialiste des uns et des autres au sein de la communauté.

 

Il est l'un des livres les plus interessants que j'ai lus ces derniers temps. Plusieurs personnalités afro-européennes en prennent pour leur grade. On peut citer par exemple Calixte Beyala et Yannick Noah.

Les allogènes sont désignés par le terme d'"encombrants" et les tenants de l'antiracisme par le terme ethno-simplisme. Les mots claquent comme des coups de fouets.

Quelques extraits:

 

Page 57

 

Le 31 janvier 2003, Dieudonné est invité à l'émission On ne peut pas plaire à tout le monde.(...)Au detour d'une question anodine (...)l'humoriste exprime(...) son amertume: " J'ai du mal, quand je me regarde dans une glace, de me dire que j'ai effectivement la moitié de ma famille qui est spoliée, qui est volée...Cet Etat français a réduit pendant plus de 300 ans à l'état d'esclavage une grande partie...ça a mal à passer."

 

Face à cette brusque amertume exprimée et, en forme de règlement expéditif de cette contrariété pour le moins floue, un chroniqueur bonasse de l'émission (le rappeur Doc Gyneco)(...)lui lance: "On va te pré-sen-ter des  Su-é-doises!". Tout ça avec une moue lui faisant bien comprendre qu'une fois qu'il aura de belles blondes dans son lit, il oubliera tout d'un coup la souffrance, le racisme et l'exclusion pour vivre le bonheur.

 

Page 97

 

Interview de Malek Boutih dans Marianne du 2/12/2002

"Ca vous ennuiesi un Arabe francise son nom?" (...)

"Non, ce sera la prochaine étape(...)quand j'aurai des enfants, je choisirai un beau prénom, pas un nom ethnique".

 

Page 101

  

Car il faut bien admettre que lorsque des Encombrants font preuve d'autophobie, on les cite souvent en exemple d'intégration en faisant passer leur mépris d'eux-mêmes pour de l'ouverture: la fin justifie les moyens.

 

Page 169

 

 

4) Noir c'est noir et suffit à faire rire:

"Pourquoi les Noirs mangent toujours du chocolat blanc? Pour ne pas se manger les doigts!".

 

 Page 209

 

 C'est un "sprint chromatique" auquel participent tous ceux qui cherchent à fuir la dernière place synonymt de deveine sociale, de disgrâce physique et de quasi-malédiction.

 

 Page 210

 

 Il (Pelé) vit sur une autre planète, la planète des égoïstes noirs dont la principale obsession est d'oublier leur couleur et de retirer l'échelle une fois qu'ils ont atteint l'Eden.

 

Un ouvrage à lire, même si l'on ne partagera pas tous les points de vue exprimés par l'auteur. L'ouvrage a le mmérite de placer la réflexion à un autre niveau que celui de l'ethno-simplisme.

 

 Acheter 

(http://www.piankhy.com/modules/news/article.php?storyid=58)



17/11/2012 0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Liens

Voir les articles de la catégorie Diasporafrica
Imprimer cet article